Les MAC, ces thérapies qui appuient la médecine classique

Les MAC, ces thérapies qui appuient la médecine classique

28.10.2016

Prendre rendez-vous chez un médecin homéopathe pour les enfants ou avec un osthéopathe pour ses douleurs dorsales fait aujourd’hui parti de l’agenda ordinaire de la famille. Les médecines alternatives et complémentaires ont désormais une place au côté de la médecine classique.

Si la diversité des pratiques et des méthodes semblent difficile à appréhender au premier regard, les médecines alternatives et complémentaires (MAC) partagent tout de même quelques points communs : elles ne sont pas forcément exercées par des praticiens diplômés de médecine, ne donnent pas lieu à prescription médicamenteuse et se fondent sur des approches « naturelles » basées sur la manipulation corporelle et l’utilisation de produits naturels non chimiques.

Un succès, signe d’un besoin
Les raisons de l’engouement pour les médecines alternatives sont souvent corrélées à un retour à la nature. Les scandales sanitaires liés à certains médicaments, mais aussi la tendance générale à promouvoir une existence plus proche de l’environnement engendrent une propension des patients à se tourner vers des alternatives aux médicaments allopathiques classiques.
De plus, face au système médical traditionnel soumis à des contraintes budgétaires fortes, où chaque acte et chaque geste sont traduits en coûts, les thérapeutes non conventionnels se différencient en accordant plus de temps à chacun et en proposant généralement une approche globale de l’individu. L’écoute, le ressenti et la subjectivité ont leur place dans la relation patient - praticien.

La reconnaissance médicale
Contrairement à la médecine conventionnelle, les MAC ne sont pas soumises à des essais cliniques ou à des validations scientifiques. Les études restent rares, souvent contradictoires et difficiles à menées. Les MAC ont pourtant gagné la reconnaissance du corps médical puisque l’acupuncture, l’homéopathie, l’ostéopathie et la mésothérapie sont officiellement autorisées par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Certains hôpitaux intègrent ces quatre thérapies à leurs protocoles. Et près de 25 % des médecins pratiqueraient l’une d’elles. Les effets de ces remèdes sur les patients s’observent donc bien. Et leur efficacité est de plus en plus reconnue dans les traitements des affections chroniques pour lesquels la médecine classique ne parvient pas toujours à agir avec le même succès. Le traitement de la douleur est également un domaine reconnu de leur efficacité et un usage se développe en lien avec les traitements chimiques contre le cancer afin de réduire les effets secondaires.

La prévention comme horizon
Si la médecine allopathique classique n’est pas toujours synonyme de guérison, les MAC ne le sont pas non plus. Elles trouvent cependant de nombreux partisans et défenseurs autour d’une approche de la santé qui cherche à mobiliser le patient face à sa maladie, à le rendre actif dans le processus de soin et, ce faisant, à lui permettre de s’impliquer dans le retour et le maintien de sa « bonne » santé. Par leurs approches préventives, les médecines traditionnelles, notamment d’Inde (Ayurvéda), du Tibet ou de Chine, intéressent les praticiens et les chercheurs. Les neurosciences cherchent par exemple à comprendre les effets bénéfiques sur le mental de la pratique de la méditation. Une pratique de bien-être qui semble répondre aux problèmes de stress, facteurs de maladie ou de rechute. Le souci de plus en plus partagé de se maintenir en bonne santé pourrait-elle contribuer à l’émergence d’une éducation à la santé ?

Médecines alternatives, oui, mais restez prudents !
Assurez-vous que le thérapeute soit titulaire d’un diplôme officiel et interrogez-vous sur des honoraires très élevés. Si vous êtes atteint d’une maladie avérée, méfiez-vous d’un thérapeute qui vous conseille de cesser votre traitement médicamenteux et vous promet une guérison par sa seule méthode. Demandez conseil à votre médecin traitant et utilisez les approches de manière complémentaire, mais non exclusives les unes des autres. Informez-vous auprès de votre entourage, les meilleurs adresses se transmettent par le bouche à oreille.


Votre mutuelle parie sur les médecines douces
Elle propose dans chacune de ces formules un remboursement forfaitaire pour les consultations non remboursées par la Sécurité sociale : ostéopathie, chiropraxie, éthiopathie, acupuncture et homéopathie. Elle propose aussi un « Renfort Prévention Bien-être ».