Donner un peu de soi !

Donner un peu de soi !

17.02.2015
La santé n’est pas qu’une affaire personnelle. C’est aussi un enjeu collectif qui implique une valeur phare : la solidarité. Grâce aux dons, chacun d’entre nous – ou presque – peut aider des patients à mieux vivre. Ou à vivre, tout simplement.

Un choix personnel

Devenir donneur de sang ou d’organe de son vivant est un choix individuel. Une question de principe pour certains, un sujet tabou pour d’autres, et quelquefois un geste décisif envers un proche. La solidarité entre les vivants en matière de santé se révèle cruciale : sans les dons, des milliers de personnes mourraient chaque année, faute de sang, de moelle osseuse, de rein… et d’autres ne verraient pas le jour, faute de cellules reproductrices.

En 2013, les prélèvements de sang ont baissé de 0,9 % et les prélèvements de plasma de 69 %. 51 % des donneurs de sang sont des femmes.

Le don de sang

• Pour quel receveur ? Accidentés de la route, femmes vivant un accouchement difficile, malades suivant une chimiothérapie, hémophiles…
• Par quel donneur ? Toute personne majeure en bonne santé, âgée de moins de 70 ans pour le don de sang total et de moins de 65 ans pour le don de plasma ou de plaquettes.
• Comment ? Prélèvements par voie veineuse.
• Quelles précautions ? Pour le don de sang total, respecter un délai minimal de 2 mois entre deux dons. Pour le don en aphérèse (prélèvement d’une seule composante
du sang, les autres étant restituées au donneur au fur et à mesure du don), respecter un délai de 2 semaines entre deux dons.

Le don d’organe

• Pour quel receveur et par quel donneur ? Le don d’organe entre personnes vivantes n’est possible que dans l’intérêt thérapeutique direct d’un receveur qui ne peut être qu’un membre proche de la famille.
• Comment ? Intervention chirurgicale.
• Quelles précautions ? Ne peuvent être donneurs les mineurs et les majeurs faisant l’objet d’une mesure de protection légale. Après consentement écrit du donneur, un comité d’experts informe le donneur sur le don d’organe, analyse le dossier et autorise (ou non) le prélèvement.















Le don d’ovocytes

• Pour quel receveur ? Les couples ne pouvant avoir d’enfant.
• Par quel donneur ? Toute femme majeure en bonne santé, âgée de moins de 37 ans.
• Comment ? Injections cutanées pour stimuler la production d’ovocytes, puis prélèvement par voie vaginale sous analgésie ou anesthésie.
• Quelles précautions ? Signature d’un consentement de la donneuse et de son conjoint, bilan de santé de la donneuse avant le don, entretien préalable, gratuité et anonymat pour la donneuse et le couple receveur.

Le don de sperme

• Pour quel receveur ? Les couples ne pouvant avoir d’enfant.
• Par quel donneur ? Tout homme majeur en bonne santé, âgé de moins de 45 ans.
• Comment ? 1er prélèvement pour étudier le sperme, puis un ou plusieurs prélèvements.
• Quelles précautions ? Signature d’un con
sentement du donneur et de sa compagne, entretien préalable, gratuité et anonymat pour le donneur et le couple receveur.

Plus d’info sur :
www.dondorganes.fr
www.dondusang.net
vosdroits.service-public.fr